Bienvenue Sur Le Site De La Paroisse Saint Jacques Du Haut forez

Eveil à la Foi

actu eveil 20201.jpg

actu eveil 20202.jpg


 


Date de création : 25/04/2007 17:58
Dernière modification : 18/10/2013 16:09
Catégorie : La Paroisse - La Paroisse
Page lue 7008 fois

Réactions à cet article

Réaction n°1 

par myreille89 le 20/04/2021 18:25

Un petit plus au sujet des bagues et anneaux religieux : Bien que les anneaux anciens qui nous sont parvenus, et dont l'origine chrétienne est prouvée parmi leurs dispositifs, leur provenance, etc., soient assez nombreux (voir Fortnum dans "Arch. Journ.", XXVI, 141, et XXVIII, 275), nous ne pouvons pas, dans la plupart des cas, les identifier à un quelconque usage liturgique. Il ne fait aucun doute que les chrétiens, tout comme les autres peuples, portaient des bagues catholique par rapport à leur position dans la vie, car les bagues sont mentionnées sans réprobation dans le Nouveau Testament (Luc, xv, 22, et Jacques, ii, 2) : De plus, saint Clément d'Alexandrie (Pied., III, c. xi) dit qu'un homme pouvait régulièrement porter une jonc à son petit doigt, et qu'elle devait porter un emblème religieux - une colombe, un poisson ou une ancre - bien que, d'autre part, Tertullien, saint Cyprien et les Constitutions apostoliques (I, iii) protestent à l'ostentation des chrétiens à se parer de bagues et de pierres précieuses. En tout cas, les Actes des Saints Perpétue et Félicité (c. xxi), vers le début du troisième siècle, nous informent que le martyr Saturus prit un anneau du doigt de Pudens, un soldat qui regardait, et le lui rendit comme souvenir, couvert de son soigné sang.  Sachant que, à l'époque païenne de Rome, tout flamen Dialis (c'est-à-dire un prêtre spécialement consacré au culte de Jupiter) avait, comme les sénateurs, le privilège de porter une chevalière en or, il ne serait pas surprenant de trouver au IVe siècle des preuves que les évêques chrétiens portaient des bagues. Mais les divers chenal auxquels on a fait appel pour le prouver ne sont pas authentiques ou ne sont pas concluants. Saint Augustin parle en effet de posséder cachet une lettre disposant d'une bagage (Ep. ccxvii, in P.L., XXXIII, 227), mais d'un autre côté, son contemporain Possidius déclare expressément qu'Augustin lui-même ne portait pas de bagage (P.L., XXXII, 53), ce qui nous amène à conclure que la possession d'un sceau ne prouve pas l'utilisation d'une bagage comme partie des insignes épiscopaux.